Tout savoir sur YENNAYER

Yennayer-Imensi
Yennayer, le nouvel an berbère

Yennayer 2972 : Ce qu’il faut savoir sur le nouvel an berbère et sa tradition

Célébré dans différentes régions et pays, Yennayer est le premier jour de l’année selon le calendrier amazigh, dont le point zéro a été défini sur 950 av. J.-C. Cette année, les Berbères du monde entier fêteront donc l’an 2972. Une nouvelle année qui sera accueillie dans un esprit de joie, de bonne humeur et surtout de partage dans différentes régions de l’Afrique du Nord et également sur des îles du continent européen et dans des pays subsahariens qui restent toujours attachés à cette tradition millénaire et à la culture berbère.
Pour chaque début de l’année berbère, Yennayer est célébré en grande pompe. Les Amazighs (ou Imazighen) louent le labeur des agriculteurs et honorent la terre. Yennayer continue ainsi à être un symbole de partage, d’hospitalité, de protection de l’environnement et de la nature. Il est une occasion particulière pour les familles de se rassembler autour d’un bon repas et aussi l’opportunité de revisiter et transmettre des histoires de ses ancêtres et de leurs gloires.

Imensi n Yennayer (le dîner de Yennayer)

La veille du 12 janvier (ou du 14 janvier selon les régions), les Berbères s’apprêtent à accueillir Yennayer. On privilégie le port des tenues traditionnelles, tout comme des bijoux anciens. On se fait beau. Pour les enfants, c’est aussi leur premier passage chez le coiffeur.
Le dîner familial est un temps fort de la veillée. Le menu est souvent copieux. On y concocte généralement de plats à base de semoule, de grains et de légumes secs. Ces mets, patrimoine culinaire berbère, sortent de l’ordinaire. Ils symbolisent aussi l’abondance des denrées que promet la nouvelle année.
Au menu, on retrouve un couscous assorti de volaille ou de viande. On prépare également du pain à base d’herbes. En revanche, durant cette journée, on ne mange point d’aliments acides, épicés et encore moins amers. C’est l’une des superstitions de Yennayer, qui – selon les Berbères – permettrait d’éviter que cette année ne soit mauvaise.

À l’origine de Yennayer

Étymologiquement, le mot Yennayer est composé de yen, qui signifie « premier », et d’ayer (ou ayyur), qui veut dire « mois ». Il correspond au premier jour du calendrier agraire utilisé par les Berbères depuis plusieurs siècles, lui-même correspondant au calendrier julien adopté en Afrique du Nord dans la Rome antique et décalé de treize jours par rapport au calendrier grégorien.
Le jour zéro de ce calendrier est choisi pour correspondre avec la victoire de Sheshonq Ier (Cacnaq) sur le pharaon Ramsès III et son intronisation en tant que pharaon d’Égypte. Il est fondateur de la XXIIe dynastie qui a régné en Égypte jusqu’en 715 avant J.-C. Les historiens affirment que Cacnaq Ier était le fils de Nimlot A et de Tentshepeh A, tous deux issus du peuple libyque Machouach, qui se livrait à des batailles contre les pharaons de l’Égypte. Leur influence grandissante au sein de l’armée égyptienne et des enceintes de pouvoir a mené à l’instauration d’une dynastie aux origines berbères, qui unira une Égypte à l’époque divisée entre Thèbes au Sud et Tanis au Nord.

Célébration de Yennayer en Algérie

Comme chaque année, le Nouvel An berbère est célébré partout en Algérie. Dans leurs foyers, les Algériens se plient à la tradition en préparant du couscous. Des associations organisent aussi des activités dans les villages les plus reculés et également dans les villes.
Ainsi, chaque année, un riche programme culturel et artistique est concocté à cette occasion. Officiellement, le coup d’envoi des festivités célébrant Yennayer 2972 à Tizi-Ouzou, placée sous le thème « Yennayer, socle national culturel et identitaire », a été donné le samedi 8 janvier par le wali Djilali Doumi, en présence des autorités locales, au niveau de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri. À Tamanrasset aussi, une ville du Sud algérien, des activités ont été lancées par le secrétaire général (SG) du Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad.
Le Nouvel An berbère, Yennayer, a été reconnu comme fête nationale en Algérie en 2018. Le 12 janvier avait été décrété jour férié par le président Abdelaziz Bouteflika. Il est désormais chômé et payé en Algérie.

Célébration de Yennayer en France

La diaspora berbère en France célèbre également le nouvel an berbère. Cette année, la célébration a été marquée par un grand carnaval-défilé à la fois ludique, festif et familial. Ce festival s’est déroulé dans les rues de Paris le 8 janvier 2022.
L’initiative, lancée par le gouvernement français, a pour objectif notamment de divertir les riverains et également de rendre hommage aux Berbères de France. Ainsi, une énorme cavalcade a sillonné pendant plus d’une heure les rues de la capitale Paris pour accueillir le Jour de l’An (Yennayer 2972).
Ce défilé, une première dans le monde, est parti du square Georges Brassens, dans le 15e arrondissement de Paris, à 14 h 00, sous les yeux ébahis de la foule. Le rassemblement se terminera ensuite place Slimane-Azem dans le XIVe arrondissement. C’est du moins ce qu’ont expliqué ses organisateurs. Baptisé Paris. Yennayer 2972, cet événement gai et distrayant, est fondé sur la diversité, la tolérance et la paix.
Par ailleurs, les associations berbères de France se sont aussi organisées pour célébrer Yennayer, malgré la situation sanitaire. Certaines ont organisé des dîners musicaux, d’autres des conférences et des expositions. Cependant, plusieurs galas artistiques ont été annulés à cause de la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × quatre =